19/01/2014

Le Destin, la Providence et la Nature (suite)

par Bernadette Thewissen


Ce sujet, abordé dans l’Entre Amis n° 79, a suscité un vif intérêt. Parmi vous, un couple d’Amis m’a demandé d’approfondir le troisième volet, à savoir : la Nature et son lien de communication et de stabilisation entre le Destin et la Providence, entre le Tout et nous.


Il s’agit de la Nature, « N » majuscule, à qui le Créateur a donné naissance en priorité. Une œuvre d’harmonie et de complémentarité qui possède tout en Elle, même les secrets de la création. De ce fait, Elle a existé en premier et restera en dernier lieu.

Les lois et les règles naturelles sont parfaitement précises et équilibrées. D’ailleurs, elles peuvent rendre plus de service à l’humanité que les lois limitées de l’homme, auxquelles nous sommes attachés ou soumis. Les nôtres effleurent les possibilités humaines, celles de la Nature les transcendent.le destin, la providence, ...1.jpg

Par cette précision, nous commençons à percevoir que le bonheur est dans la nature et que nous touchons au Divin à travers sa contemplation car Elle est la seule à pouvoir nous porter, nous guider. Son souffle nous fait d’ailleurs avancer au-delà de nos frontières humaines car la Nature fonctionne selon la justice éternelle. En vertu de la loi suprême de l’Univers, l’attaquant perd d’avance tout combat et il payera très cher ses erreurs.

De ce fait, portons le regard au-delà des arbres dans la forêt dont la tâche est d’équilibrer notre vie, des oiseaux qui la chantent ou l’enchantent, de la moisson qui nous nourrit, des fleurs qui embellissent ou des animaux sauvages et domestiques…

Elargissons plutôt notre vision jusqu’au plan Cosmique car c’est l’ensemble qui permet l’équilibre de toutes vies sur terre et qui les fait évoluer ! 

Ensuite et puisque nous vivons ici-bas, commençons par communiquer avec notre bonne Mère terre ! Elle nous encourage d’être vivant. Elle nous écoute. Elle nous accepte. Elle nous respecte bien au-delà de ce que nous la respectons. Elle nous nourrit mais elle possède aussi la manière de nous rappeler de consommer humblement.

le destin, la providence,...2.jpgObservons ses paysages grandioses et harmonieux, cette diversité de couleurs, dont aucune composition chimique ne peut restituer les dégradés de tons et les teintes subtiles, ainsi que la diversité d’espèces tant animales, végétales que minérales.

Constatons l’étendue et la variété des plantes, des herbes, des oiseaux, des mammifères, des insectes, des rongeurs et autres...

Approfondissons notre regard en découvrant l’harmonie existant entre toutes les espèces de vie : certaines se sacrifient pour permettre à d’autres de grandir, d’autres accomplissent des tâches subalternes afin d’assurer la continuité de l’espèce, tandis que d’autres encore se donnent en pâture parce que telle est leur mission…

Observons également la loi du plus fort, la loi du paraître, la loi de la soumission mais aussi, la loi du chant, de la musique, de la parade des amours et leur coquetterie, etc.

Et nous réalisons que la Nature cache sous son manteau, des éléments qui offrent une sérénité indispensable à notre équilibre. Si nous prenons le temps de La découvrir, de vivre en Elle et avec Elle, nous découvrons un univers plus grand que nous-mêmes. Dès lors, nos peines s’allègent. La vieillesse s’accepte.

Ensuite, élevons la réflexion jusqu’au plan universel car, ne perdons-pas de vue que tout ce qui précède ne peut se mouvoir et grandir… sans l’air, l’oxygène, l’eau, le feu, le soleil, la lune, les étoiles, le chaud, le froid, l’état gazeux, l’état dur de la terre, l’importance de l’alignement et du rôle des différentes planètes…

L’Ensemble harmonisé assure l’équilibre de toute vie... Ce qui signifie, qu’Il reçoit perpétuellement régénération et renaissance. Comme le don appelle le don en retour, chaque rôle se forme, se développe et restitue ce qu’il a reçu.

Les règles sont identiques pour la Nature dont l’homme fait partie. Nous recevons les éléments indispensables à notre survie. J’en cite quelques-uns : les plantes médicinales, les remèdes sous différentes formes et même les insectes qui soignent, les pierres précieuses qui embellissent, les épices qui agrémentent nos plats, les ressources naturelles qui nous réchauffent et nous abreuvent… etc.

Attardons-nous un instant sur les arbres ! S’ils vivent d’abord pour accomplir leur mission première, ils sont également des antennes élevées vers le Ciel. Ils sont le lien entre le Très-haut et Ici-bas. C’est pourquoi, il ne faut pas hésiter à s’en faire un ami. A leur fin de vie, ils deviendront le bois de notre berceau, de notre lit, de nos meubles, de notre chauffage, de notre cercueil. Ils nous accompagnent tout au long de notre cheminement terrestre.

Quant aux fleurs, elles embellissent nos jardins, certaines agrémentent nos plats, d’autres seront les messagères de l’Amour, même au moment de repartir dans l’au-delà.

 

Et je peux continuer la liste à l’infini car il existe des énergies que nous devons apprendre à écouter, puis à s’en imprégner. Elles accompagnent tous nos faits et  gestes. Nous ne pouvons les sentir qu’avec notre cœur.

 

Mais qui régénère la Nature, l’entoure, l’embellit, la réglemente… ? Les priorités Cosmiques qui répondent aux ordres d’une Puissance suprême à laquelle vous donnerez le nom qui vous convient.

Dans tous les cas, les initiatives irréfléchies de l’homme ont fait un tord énorme à notre planète. La Nature aurait été incapable de faire autant d’erreurs. L’homme a oublié que toutes les nécessités indispensables à son équilibre, nous les recevons de la Nature. De ce fait, il doit être à son service et non l’inverse.

Par cette description, vous avez déjà un petit aperçu de son rôle de communication et de stabilisation.

Tout ce que la Nature contient et développe en Elle lui permet de vivre et d’évoluer, au même titre qu’elle nous permet de vivre et d’évoluer.

Mais si l’humain est aussi un des maillons de la création, il est surtout un enfant, le plus petit des plus petits. Comme la Nature, il a tout en lui. Malheureusement, ceux qui en sont conscients et qui cherchent, humblement, à approfondir cette Vérité, sont peu nombreux.

Si l’humain s’attache à la vie apparente (son corps physique), il attire des souffrances car celles-ci naissent précisément d’un trop d’attachement.

En revanche, si l’humain considère son corps physique comme l’outil indispensable à l’accomplissement d’une vie en accord avec les lois universelles, il se détachera de son être apparent et son cœur s’ouvrira à la compassion, à l’Amour et à la fraternité.

La Nature est pleinement consciente de tout cela. C’est pourquoi Elle se soumet humblement aux priorités Cosmiques et accepte les sacrifices indispensables à l’équilibre planétaire. Reconnaissons humblement que l’humain est loin de posséder une telle sagesse. A lui, d’en prendre conscience et de trouver au sein de la Nature les réponses à ses questions.

Depuis que la vie est née sur cette terre, la Nature ne s’est jamais éloignée de la Connaissance. Elle l’a respectée, approfondie et développée parce que c’est le Tout puissant au travail. Il s’exprime en Elle et par Elle, d’où sa beauté, sa créativité et sa maturité harmonieuse, d’où sa raison de se défendre contre notre ignorance et nos bêtises.

Malheureusement, souvent à cause d’un attachement excessif aux biens matériels, l’homme a perdu de vue cette Vérité dont il dépend totalement... Aujourd’hui, il réclame plus que la terre ne peut donner. D’où la raison de rappeler le rôle du Destin, de la Providence et le lien entre eux, la Nature…  Il y a matière à méditer.le destin, la providence,...3.jpg

 

Quelques citations :

Les arbres sont plus forts que l’homme. Félicitons- nous de leur présence et de posséder une force qui nous régénère.

Les fleurs, regardez-les comme une femme afin de sentir leur sensualité.

L’homme pompe la Lumière et ne la renvoie pas.

Un arbre ose renvoyer la Lumière parce qu’il a plus de rayonnement.

Et l’oiseau est proche de la Lumière, il nous l’offre en chantant.



07:19 Écrit par Les Amis Ren dans N° 81 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.