01/01/2014

Le fusain d’Europe

Par Bernard Iserentant


Lorsque nous avons lancé l’Entre Amis, il y a quelques années déjà, nous avons tenu, dans le souci d’éviter tout dérapage, à fixer quelques règles concernant le contenu des articles pouvant paraître dans notre revue. Ces règles sont simples : il faut éviter les thèmes politiques et religieux ainsi que les sujets trop personnels. De premier abord, on pourrait penser que, cette fois-ci, je transgresse quelque peu l’une de ces trois règles.

Je ne vais pas vous parler de moi et la politique n’est pas ma tasse de thé. Reste donc le sujet religieux. En effet, le thème que j’aborderai dans cet article est le « bonnet de curé ».Rassurez-vous, il ne s’agit pas de vous faire un exposé sur l’évolution des habits du culte depuis le début de la chrétienté, mais, comme beaucoup l’on déjà deviné, je vais me pencher sur le cas d’un arbrisseau qui fait la joie des amateurs de beaux paysages d’arrière saison.    

Appelé également fusain d’Europe (Euonymus europaeus), cet arbuste, aux fines feuilles légèrement dentées, ne paie pas de mine au printemps et en été. C’est en automne qu’on le remarquera car, à cette période, ses feuilles prennent une coloration rougeâtre et ses fruits rose-bonbon laissent apparaître des graines orange. C’est l’aspect de ce fruit formé de quatre ou cinq valves d’un rose violacé qui lui vaut le nom de bonnet de curé ou bonnet de cardinal.

Le fusain d’Europe est très commun dans nos régions. On le rencontre en lisière de forêt, en bordure de chemin et de plus en plus dans les haies mixtes dont il est, grâce à sa métamorphose d’automne, la pièce décorative principale. Les amateurs de bouquets automnaux ne s’y trompent d’ailleurs pas et lui réservent une place de choix dans leurs compositions.

Tout ce qui est beau n’est pas forcément bon à consommer. Dans le cas qui nous occupe, cet adage se vérifie également car toute la plante est toxique et en particulier son fruit. Il fut même appliqué, autrefois, comme insecticide pour venir à bout des poux.

Son utilisation principale est connue des artistes puisque le bois, grâce à son homogénéité, est utilisé, après transformation en charbon, comme fusain tendre par les dessinateurs.

le fusain.jpg

07:53 Écrit par Les Amis Ren dans N° 81 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.