09/10/2013

Une belle rencontre

Par Lisy Detiège

 

 

A l’âge de 24 ans, je remplissais mon rôle d’infirmière avec tout mon cœur.

En regard de cela, j’étais terriblement seule et...

à un tournant de ma vie où je me posais pas mal de questions.

 

Il faut préciser qu’à l’âge de 13 et 14 ans, j’ai perdu mes parents à quelques mois d’intervalle. Le vide de leur absence rendait ma solitude d’autant plus grande.

De plus, je ne me sentais pas comme tout le monde. Pourquoi étais-je préoccupée par la souffrance des autres ? Comment vivre avec toute cette souffrance qui me submergeait ? Comment sortir de mon isolement ?

Et c’est à cette époque que j’ai rencontré René.

Son accueil fut des plus chaleureux : « Assieds-toi, mi p’tite féye » (gentille fille en wallon). Il m’a regardée avec bonté. Comme j’étais dans l’incapacité d’exprimer ma souffrance, il a mis immédiatement le doigt dessus et il m’a promis : je vais t’aider. Tu n’es plus seule. Cette simple phrase m’a tellement fait du bien que je suis repartie rechargée de force et de courage pour affronter la réalité de la vie.

une belle rencontre1.jpgRené venait d’introduire l’Espoir dans ma vie. L’envie de regarder en arrière m’a quitté pour faire place à la volonté d’avancer. D’instinct, je savais que je pouvais lui faire confiance.

Par la suite, je l’ai consulté de nombreuses fois afin de calmer mes angoisses. René me répétait inlassablement : accepte, accepte, demain est un autre jour. Je m’en retournais et une fois, rentrée chez moi, je réfléchissais. Parfois, je me rebellais. C’était trop dur mais, au bout d’un moment, je finissais par accepter et tout devenait plus facile.

René possédait également l’art de ne jamais rien imposer, ni d’attendre quelque chose en retour. Il suggérait. Et quand je m’apitoyais sur le fait d’être seule, il m’encourageait par un : va vers les autres. Si je me plaignais du comportement de certaines personnes, de leur manque de respect et de considération, il me répondait : sois un exemple, les choses finiront par bouger.

Toujours des réponses courtes et puis il passait à autre chose. Par exemple, il me racontait une blague ou il me demandait des nouvelles de ma famille. Rentrée chez moi, ces quelques mots faisaient leur chemin.

Oh, bien sûr, je n’étais pas obligée d’en tenir compte mais, après a voir franchi le pas, je me sentais beaucoup mieux.

Oui, j’en ai connu des hauts et des bas. A chaque fois, je retournais le consulter et il me répétait les mêmes conseils, infatigable, en ajoutant parfois quelques mots pour que je comprenne bien. C’est ainsi que René a accompagné tous les moments importants de ma vie. Il m’a aidée à garder Espoir, à calmer mes angoisses, à avancer.

Côté peinture, j’ai visité
toutes ses expositions et ses créations m’ont tout aussi bien parlées qu’interpellées. Ce fut une réelle découverte car j’ai ressenti à quel point il comprenait la souffrance, la solitude, la peur, l’angoisse du lendemain parce qu’il les avait vécues. Pourtant, son sourire ne laissait rien paraître. Il cherchait uniquement à vous mettre à l’aise et à se mettre à votre niveau.

Un jour, René a épousé ma cousine, Bernadette. J’ai pu ainsi les observer dans leur vie privée. Tous ses conseils, René les pratiquait, même au cœur des bouleversements dans sa propre vie.

Malgré ses propres épreuves, il restait le même, accuei'ant et souriant. Il me disait : vis l’instant présent - ne te tracasse pas du lendemain - à chaque jour suffit sa peine – change ce que tu peux changer – accepte ce pourquoi tu ne sais rien faire. Il m’apprenait à apprécier tous les moments de l’existence, toutes les petites choses de la vie parce qu’il avait du respect pour les hommes, pour la nature et pour les objets.

une belle rencontre2.jpgRené vivait pleinement l’instant présent, sans laisser paraître ses propres problèmes.

A ses côtés, j’ai appris à apprécier l’environnement, à aimer la vie. Oh, il ne me donnait aucune leçon mais son comportement était contagieux.

Aujourd’hui, je viens d’atteindre l’âge respectable de 60 ans et je continue à vivre ma propre vie.

Quant à Bernadette, je constate qu’elle met en pratique l’exemple de René. Depuis mon enfance, elle reste la même : une personne ouverte, à l’écoute des autres, empreinte de respect et d’amour. Comme chacun de nous, elle remet l’ouvrage sur le métier chaque jour.

René était quelqu’un d’unique qui possédait une immense sagesse. Un vrai guide dont l’exemple reste ancré en moi. Bernadette a pris le relais avec sa propre personnalité. Ce que je retiens de tout ce long cheminement à leurs côtés : c’est l’espoir, l’amour, le respect, la tolérance. 

 

 

 

07:09 Écrit par Les Amis Ren dans N° 80 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.