13/10/2013

Le tournant à 180°

Par Bernadette Théwissen

2013 s’écoule au rythme des saisons, parfois perturbées.

 

 

Mais les évènements planétaires le sont plus encore. Ils nous choquent. Ils nous attristent. Ils nous déstabilisent. Ils nous effrayent parfois. Certains, heureusement, nous réjouissent.

En ce début d’avril, les propos que j’entends sont du genre à m’attrister : j’en ai marre de ce temps – il fait froid – le soleil me manque – sans la chaleur, je n’ai pas le courage d’entreprendre quelque chose – ce ciel gris me désespère –je baigne dans une tristesse profonde, etc. Bref, comme leur mal-être vientd’ailleurs, se venger sur le climat semble les apaiser.

Néanmoins, je les comprends car voilà des mois que le soleil nous fait défaut. Mais est-ce positif de râler de la sorte ? Le temps va-t-il s’améliorer pour autant ? Pourquoi vouloir à tout prix accentuer son mal-être en exprimant unras-le-bol qui risque d’accentuer le négatif du climat ?

Et je leur explique avec patience que cette période démoralisante, nous devons la traverser : alors, autant le faire en se nourrissant de pensées positives.

Oh, là, là ! Qu’ai-je osé dire ? La réponse est à l’image de leurs pensées : Oh, Madame Théwissen, pour vous tout est facile mais pour moi, c’est impossible. Je n’en peux plus et certains ajoutent : Si Dieu existe, on ne connaitrait pas un tel climat. Pauvre bon Dieu ! A notre époque, certains humains éprouvent un malin plaisir à l’évoquer négativement. Alors, qu’Il nous a donné la liberté de choix. Mais bon, dans le malheur, il est si facile de faire porter le chapeau àquelqu’un d’autre.

tournant à 360°1.jpgAlors, que la vie est bien plus simple que cela. Je m’en explique :

Si vous remontez une rivière à contre-courant, vous aurez bien difficile d’avancer. La peur vous fait perdre vos moyens. L’épuisement vous guette. Votre mauvaise humeur s’amplifie et tout va de travers. Tandis que si vous suivez le cours de la rivière, paisiblement et patiemment, tout devient plus aisé.

Eh bien, le cours de la vie se déroule de la même façon car votre mal-être,accentué par votre mode de pensées, va à contre-courant. Et cette non-acceptation de l’instant présent, vous entraine dans des petites morts qui vousrendent la vie plus pénible encore : humeur négative, nervosité, agressivité et j’en passe.

Est-ce que ce temps froid me fait plaisir ?

Comme vous, j’aimerais ressentir la chaleur bénéfique du soleil, ne plus entendre les euros brûler dans ma chaudière mais comme je n’ai aucun pouvoir sur cet état de fait, je l’accepte et je continue à remercier le Ciel d’être en bonne santé, d’avoir un toit, de la nourriture et de quoi subvenir à mes besoins, un bon moral.

Et puis, il y a tous ces petits bonheurs sans nom qui passent et repassent, que les pensées positives permettent de remarquer et qui, mis bout à bout offrent un grand bonheur.

Le jour de Pâques, j’ai justement connu ce genre de petit bonheur et je me fais un plaisir de le partager.

Ma chienne Nadia était souffrante. J’ai donc annulé ma sortie pour rester auprès d’elle. Comme c’était le jour de la Renaissance, j’ai assisté à la bénédiction papale. Sur la table de mon salon trônait un joli bouquet de fleurs. Durant lestrois secondes qu’a duré cette bénédiction, un rayon de soleil a illuminé le bouquet. Au fond de moi, j’ai ressenti une joie profonde car cette brève lumière m’apportait bien plus qu’une semaine ensoleillée.

Si je râlais à longueur de journée, est-ce que j’aurais remarqué ce phénomène particulier ? Hélas, non.

Il en est de même de toutes nos journées. Il existe tellement de petits clins d’œil ravissants, qui semblent si insignifiants que nous ne les remarquons plus et pourtant, ils sont là pour nous nourrir et nous offrir des compensations pour que l’existence s’allège.

Nous sommes tous conscients maintenant du mur qu’il nous faut traverser. Nous y parviendrons mais le changement viendra du peuple et alors nos gouvernants seront obligés de changer leur manière d’agir et leurs priorités.

Aussi, arrêtons de penser ou d’agir négativement. Chacun doit prendre un nouveau virage et, pour certains, il sera à 180 °.

- Lorsqu’une pensée négative noircit votre cerveau, remplacez-la immédiatement par une pensée positive.
- Ne ressassez pas vos problèmes, n’en parlez pas à celui ou celle qui vous demande : comment vas-tu ? En parler, les ressasser, augmente le négatif sur vous.
- Une épreuve passée est une épreuve oubliée. Si vous avez connu la chance d’être guéri(e), n’y pensez plus, n’en parlez plus parce qu’à force de remettre le sujet sur le devant de la scène, vous risquez d’attirer une rechute.
- Lorsque quelqu’un vous parle de choses négatives, demandez-lui de vous parler plutôt des points positifs survenus pendant la semaine écoulée. Cela lui permettra de relativiser les choses.
- Lorsqu’il vous vient l’envie de critiquer votre voisin, rappelez-vous une de ses qualités et il vous redeviendra plus sympathique.
- Lorsque votre conjoint vous énerve, évitez de le remballer vertement. Dite plutôt assieds-toi deux minutes et explique-moi ce qui ne va pas afin d’y remédier.
- Lorsque qu’un enfant vous casse les pieds, ne vous énervez pas, essayez de l’occuper à un jeu qui le détournera de son idée fixe.
- Lorsqu’un produit devient trop cher à acquérir, cherchez à vous satisfaire de ce que vous possédez déjà.
- Lorsqu’un membre de la famille vit autrement que vous, ne le jugez pas, cherchez plutôt à comprendre pourquoi il a choisi ce mode de fonctionnement.
- Lorsque les raisonnements des personnes âgés vous énervent, ne les rabrouez pas, écoutez-les avec Amour. N’oubliez pas que, jeune enfant,elles vous écoutaient de cette façon.
- Lorsque le temps vous importune, ne pensez pas à vous-même, acceptez le comme une nécessité cosmique.

un tournant à 360°2.jpgL’homme a la fâcheuse tendance à ne pas voir plus loin que le bout de son nez. Jorges Prunes expliquait d’ailleurs dans un de ses articles que l’homme a difficile de développer une vision à long terme. Il en est toujours de même aujourd’hui.

Le temps maussade que nous connaissons a sa raison d’être. Est-ce le résultat duréchauffement climatique ? Laissons aux scientifiques le soin de répondre à cette interrogation. Nous avons déjà assez de travail à faire en nous-même.

Hélas, l’humain actuel ne supporte plus les changements, ni les fatalités. Il a horreur d’être perturbé dans ses projets, dans son mode de vie ou de fonctionnement. De plus, il souhaite profiter de la vie, faire ce qu’il lui plaît, à l’instant où cela lui plait.

A long terme, ce genre de comportement apporte des résultats négatifs. Une prise de conscience est donc devenue indispensable.

J’ai l’impression que ce temps sec et froid nous le crie, que la crise économique nous le fait comprendre, que la pauvreté et la misère doivent réveiller notre sensibilité….

Cela va de plus en plus mal sur cette terre et comme c’est au peuple que revient d’imposer les solutions, je vous conseille de prendre, dès maintenant, le grand tournant. Suivant votre comportement actuel, il sera de quelques degrés mais pour certains, il devra être de 180°.

Aussi, bannissez de vos vies vos pensées négatives, vos exigences, l’égoïsme, la stupidité, la nécessité de se servir au lieu de servir les autres.

un tournant à 360°3.jpgJe le répète : le 21ème siècle sera spirituel mais l’accouchement ne se fera pas sans douleur parce que :

-pour comprendre l’autre, il faut d’abord avoir vécu la même peine.
-Pour apprendre à écouter, il faut d’abord avoir connu la douleur d’un manque d’écoute.
-Pour saisir le vide de l’absence, il faut avoir vécu la douleur d’un décès
-Et ainsi de suite.

Les prochains mois seront difficiles afin que nos descendants connaissent le bonheur de vivre au sein d’une société de partage, d’amour et d’authenticité.

Il ne s’agit pas d’un rêve ou d’une utopie.

Ce but, nous devrons l’atteindre.

Alors, n’hésitez pas à placer votre pierre sur l’édifice.

Vivons chaque instant avec bonheur, cœur et courage,

comme s’il était le dernier.

Sourions à la vie, à notre voisin, à cet illustre inconnu croisé sur le chemin.

 

07:17 Écrit par Les Amis Ren dans N° 80 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.