06/10/2013

Faire confiance à la vie

Par Martine R.

 

Le Grand livre de la Vie se calque sur le Grand livre de la Nature,

avec des cycles qui nous permettent d’évoluer et de grandir.

 

Le 29 Septembre 2010, à 12h10, il y a du soleil sur la petite route de campagne. Je me rends tranquillement à mon travail, en voiture, sans trop me préoccuper de la boue déposée sur la chaussée par les passages du tracteur....

« Et bardaf, c’est l’embardée ! » et je me retrouve scotchée à un arbre.

La vie bascule d’un coup.

Heureusement, René et Bernadette sont là... Leur présence
m’apaise... Je me sens
protégée, comme dans

une bulle, sans me préoccuper des secours qui s’agitent autour de moi.

Les dommages sont multiples mais non catastrophiques. Au fil des mois, je vais les découvrir pas à pas.

Comme rien n’est gratuit, nous précise souvent Bernadette, je sens que l’heure est venue de relever le grand défi !

Comment vais-je aller de l’avant ?

Allais-je vivre cet accident comme une épreuve ou comme une expérience éclairante?

En victime des circonstances ou en acteur de ma vie?

La présence de Bernadette et ses CD : l ’enjeu de la vie, sortis quelques mois plus tard, seront ma planche de salut dans cette difficile

tra versée.

Plus qu’un coach, c’est un Maître qui m’a aidée, en me faisant sentir et en me montrant par l’exemple, l’autre dimension de la Vie.

Au-delà du monde matériel, il y a un monde spirituel qui veille sur nous. Il nous guide. Il nous accueille. Nous pouvons lui adresser nos demandes.

Ces phrases du CD seront mon leitmotiv pour avancer :

- Restons ouvert à tout changement (l’acceptation).

- Acceptons de ne pas pouvoir tout maîtriser (le lâcher-prise).

- Gardons confiance en toute circonstance (la foi)

Alors, l’enjeu deviendra formidable.

C’est par l’expérience seule, vécue avec cœur, courage et patience, que nous pouvons intégrer les grands principes de Foi, d’Amour et de Sagesse.

Comme rien n’est dû au hasard, j’ai accepté le coup du destin et sa leçon de vie.

Avec l’aide de Bernadette, j’ai mieux compris ce propos : la souffrance est la nourriture de l’âme, comme le froment est la nourriture du corps.

L’acceptation m’a amené à vivre pleinement cette situation qui m’a remise face à moi-même, face à l’essentiel ou, comme dit Bernadette : face aux priorités de mon âme.

J’ai osé m’ouvrir et demander, avec simplicité et humilité, l’aide des proches, l’aide du Ciel et j’ai beaucoup reçu.

Suite au choc, je me suis retrouvée confrontée à une grosse perte de mémoire.

La tête vide... le grand bug !

Je prends alors conscience de cette fausse sécurité que donne l’accumulation intellectuelle acquise par de trop nombreuses lectures.

J’étais encombrée du savoir des autres, au dépend de ma propre réflexion basée sur mon vécu, sur l’expérience authentique et personnelle de ma vie.

Pourquoi chercher ailleurs ce qui est en soi ?

Pour devenir soi-même, ne doit-on pas retrouver son âme et son cœur

d’enfant ?

faire confiance à la vie.jpgUne nouvelle route s’ouvre maintenant à moi, faite de plus de simplicité.

Je découvre alors, petit à petit, la richesse de l’instant présent, de l’écoute, de l’observation, faite

d’émerveillement et de joie simple, de vraie rencontre sans recherche de contrôle ou de pouvoir.

Cette simplicité n’est-elle pas le chemin pour devenir un jour, canal de la vraie connaissance ?

En tout cas, aujourd’hui, je ne suis plus tout-à-fait la même.

Je commence à percevoir que nous faisons partie d’un Tout, que nous ne sommes pas seuls, que le Ciel veille sur nous et sur l’ensemble de la Création.

Je suis comme une goutte d’eau dans une rivière, qui suit le courant et qui malgré les obstacles, poursuit son chemin vers la mer.

Cette image m’aide à lâcher-prise, à accepter les choses comme elles viennent, à m’adapter aux situations qui se présentent, avec joie et intérêt pour l’expérience qu’elles procurent.

Dire OUI à la Vie, nous entraîne dans une aventure passionnante qui nous amène à mieux nous connaître, à nous ouvrir au monde, aux autres, à la Nature...

Cela donne tout son sens à la Vie et permet d’être heureux de tout ce qui arrive, même les choses difficiles deviennent alors un défi stimulant.

Dans cet état d’esprit, nous sommes prêts à aider, à aimer ceux qui nous entourent, parce que nous pouvons les comprendre et les accompagner, conscients que nous allons dans la même direction.

faire confiance à la vie2.jpgC’est en 2012, à sa mort, à l’âge de 82 ans, que mon père m’a donné sa plus grande leçon de Vie.

Durant trois jours, en soins palliatifs, j’ai pu approcher concrètement cette expérience de l’Unité.

Ce n’est pas le corps qui a une âme mais c’est l ’âme qui a un corps.

Grâce au pas de plus que Bernadette m’a aidée à faire après mon accident, j’ai pu accompagner mon père, de tout mon cœur, jusqu’à son dernier souffle.

Il a simplement rejoint la Mer.

Et c’était magnifique !

Le fait d’offrir ma souffrance, de développer la compassion et l’empathie avec la souffrance des autres, de remercier, m’ont permis de relativiser cette épreuve et d’en sortir transformée et enrichie. Merci laVie !

Le temps passe et les quelques traces qui restent, me rappellent à la vigilance pour toujours garder le bon cap.

Ce qui me pousse à aller de l’avant, c’est la philosophie de René et de Bernadette qui me fait prendre conscience du vrai sens de la Vie, l’ouverture du Cœur et l’Amour ! 

 

 

07:01 Écrit par Les Amis Ren dans N° 80 | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.